04/11/2008

Foire

La Foire d’ Octobre. Un incontournable. M’ y promener est le pèlerinage annuel, la chose à ne pas rater. Le début du froid, qui picote le nez et engourdit les doigts, l’odeur des trottoirs poussiéreux mouillés, une grosse écharpe en laine autour du cou. Les pieds qui trainent, les yeux qui ne savent plus où regarder.

Profusion de couleurs, de lumières, d’impressions, de visages, d’instants dans une vie. Un petit garçon qui rit aux éclats, un grand père et sa petite fille qui partagent comme un grand secret des croustillons. La poudre blanche du sucre qui macule les joues de la gamine et le manteau du grand père. Les manèges clignotants, tous plus étincelants les uns que les autres, plus bruyants.

Une variété infinie de son, de musique, où se mélangent sans se heurter ” Le sud” et un morceau tektonik, les cris des gosses, et le jappement d’un chien quémandant sa part , les envolées lyriques des forains qui tentent de vous attirer: ” Chez moi, on gagne toujours. ” ” Allez y tentez votre chance”.

J’avance au milieu de la foule. Je respire. Les effluves du manège des petits poneys, l’odeur des frites, la barbe à papa.

J’ai cinq ans. Je ne sais plus où donner de la tête, où poser mon regard, que choisir… Le galopant. Un mythe. Les jolis chevaux de bois, lustrés, magnifiques, les loupiotes qui lui donne un air féerique, la musique d’accordéon. Je tourne. Je suis un tourbillon.

J’ai cinq ans. Petite gourmandise. Tout me tente, les laquements, les churros, les raisins au chocolat, les cacahouètes enrobées, le nougat. Hum! Puis elle est là, sublime, brillante, rouge à souhait. Mon petit faible avoué. La pomme d’Amour. Je croque et mes papilles se saturent de sucre, le caramel colle aux dents, puis l’acidité de la pomme dessous. Le contraste entre les textures, les saveurs.

J’ai cinq ans et mon cœur se décroche sur les manèges à sensation. Je crie : Plus vite! Le vent cingle mon visage, j’ai les joues en feu. Je ris. Sans pouvoir me retenir. C’est si agréable.

J’ai vingt sept ans. Rien n’a changé. Sauf que la petite menotte, c’est moi qui la tiens.

13:25 Écrit par sand dans me, myself and i | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : enfance, pomme d amour |  Facebook |