30/08/2008

No comment

13:16 Écrit par sand dans n'importe quoi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, sttellla |  Facebook |

29/07/2008

Pourquoi je suis une vieille rombière...

Et oui, c’est officiel, je suis maintenant une vieille, décatie, usée par les ans, out, dépassée, hors sujet…. En tous cas, c’est une impression qui se densifie au fur et à mesure, qui prends corps et me renvoie à mon miroir.

Bon, comme ça, ça ne se voit pas trop, dieu merci, les ravages physiques du temps n’ont pas encore ( trop ) fait leur oeuvre, mais il y a comme un hic ( pour paraphraser une célèbre chanteuse à texte) quand même. Des petites choses qui me font penser que j’ai définitivement traversé la barrière : certes la mode tecktonik m’est complètement passée au dessus du mulet, passons. Les mangas n’ont pas eu d’effet sur moi, et je n’y comprends absolument rien d’ailleurs, je m’en fous.

Mais ce qui me choque le plus, c’est la musique. Oh, pas la musique en soi mais bien le rapport que l’on peut entretenir avec elle.

Pour moi, ça a toujours tenu d’une sorte de rapport amoureux. D’abord, on se laisse charmer par l’objet, le CD, on le touche, le prend en main, on le soupèse , on l’examine. Va t il répondre à nos attentes ? Parfois, la magie est là à la première écoute, ensorcelante, fusionnelle et c’est le bonheur. Quelquefois, elle ne se laisse pas apprivoiser ainsi, il lui faut du temps, de la patience et puis, enfin,elle se livre, entière, puissante, fascinante. Certains albums que j’adore ont mis du temps à s’insinuer en moi, mais maintenant leur joug est si puissant que j’aurai du mal à m’en défaire. et c’est bien là une partie du problème.

D’abord, un album s’écoute en entier, dans sa globalité et c’est ainsi que l’on peut se faire une vraie idée de la démarche musicale du chanteur ou du groupe. A mon sens, c’est seulement après que l’on peut juger du j’aime- j’aime pas. Et apparemment, c’est de moins en moins le cas. J’ai entendu à la radio qu’une étude récente démontrait que sur internet, on écoute en moyenne un morceau 20 sec, guère plus à la radio. Puis on zappe, à la recherche d’autres sons, d’autres émotions…

Sachant cela, n’est il pas aisé de comprendre à quel point la musique pourrait devenir formatée, easy listening, et surtout très accrocheuse dès le début. un ” Bohemian rhapsody” aurait il sa place dans ce monde là ? La musique et le sexe, même combat, speed dating pour tout le monde et malheur à celui qui tente une séduction plus subtile.

J’aime profondément la musique, intrinsèquement, chez moi, elle est un besoin absolu et viscéral… Je ne comprendrai jamais qu’on puisse la réduire à cette consumérisation, préférant le gros son commercial et rentre dedans, un peu comme certains “vins de pute”, éclatants d’arômes, qui vous pètent au nez et qui mettent ko tous les autres mais dont il est impossible de boire plus d’une gorgée.

Alors voilà, je suis peut-être en dehors du train, je suis restée sur le bas côté et alors ?

Vieille rombière je suis , vieille rombière je resterai…
Sur ce, je vais aller tranquillement finir d’aller écouter “ok computer”, parce qu’il y a des moments musicaux qui valent la peine de se taire et d’é.c.o.u.t.e.r !!!

13:10 Écrit par sand dans Musique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : musique, humour, coup de gueule |  Facebook |

22/07/2008

Le baiser

Il est là, presqu’à portée de bouche et pourtant… j’hésite, je tergiverse, je retarde… Ce moment que je suis en train de vivre, cet instant délicieux suspendu dans l’air,je n’ai pas envie qu’il cesse. Il ne reviendra jamais , cette attente fiévreuse ne se reproduira pas. Mon corps s’en souviendra, mais combien de temps ? Les longs frissons qui me parcourent l’échine, mon coeur cognant, mes yeux qui se troublent, mon souffle qui s’épuise, le sang qui bat dans mon sexe.

L’irrémédiabilité pourtant s’impose et enfin le supplice préorgasmique prend fin. Mes lèvres éprouvent le satin de sa bouche, le goût de pêche de ses lèvres, ….

Ses mains parcourent mon corps, s’attardent dans mes cheveux, se promènent sur mon visage. Je ne suis que plaisir… Nos langues se découvrent, s’apprivoisent, l ‘étreinte devient plus intense, plus profonde.

Le souffle court, un instant, le temps s’arrête, mon esprit s’évade, mon corps seul répond présent. Ne reste que l’instinct de nos peaux , de nos lèvres jointes, de nos mains qui se font exploratrices et osent aller là où les mots ne pourraient pas.

14:02 Écrit par sand dans Amour | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : musique, premier baiser, daho |  Facebook |

21/07/2008

Dave gahan et moi....

J’ai une confession à vous faire, même si certaines ont déjà percé le secret des tourments de mon âme ( oui j’en fais toujours un peu trop et je l’assume…..), je suis obsédée. Gravement, indubitablement, c’est un fait, je deviens une dangereuse maniaque.

Alors que jusqu’ici, j’avais plus ou moins réussi à échapper à la groupie attitude, de celle qui vous fait passer des heures à poireauter devant un hotel, qui vous fait envoyer des missives enflammées et forcément baignées de vos larmes d’amour, qui vous pousse à décorer d’une manière toute personnelle et à la limite du délire psychotique votre chambre de photos, posters, images en tous genres et tous formats de votre idole….

J’ai craqué!

Oui, je l’avoue, je voue un culte à Dave Gahan. Pour les plus jeunes d’entre vous, ça ne vous dit sûrement pas grand chose, alors tentavive d’explication…

D’abord, énorme point commun, on est nés la même année et ça si c’est pas de la coincidence qui tue! Bon, je vous l’accorde, c’est un petit arrangement avec la réalité, vu qu’en 1981 , je poussais effectivement mes premiers cris et que lui poussait ses premières vocalises au sein d’un groupe qui allait devenir le grand l’irremplacable Depeche mode. En 1979, Vince Clarke avait fondé  French Look en duo avec le clavier et guitariste Martin Gore. Andrew Fletcher les rejoint et le groupe se rebaptise Composition of Sound. En 1981, David Gahan remplace Martin Gore au chant et le groupe prend le nom de Depeche Mode. Le premier single s’intitule Photographic.  Le premier album de Depeche Mode Speak and spell paraît l’année suivante. Leur créneau: la musique électro new wave. Kraftwerk avait ouvert une brèche, ces quatre là s’y sont engouffré. C’est l’heure des permiers tubes ; I just can’t get enough,

http://www.dailymotion.com/video/x44wu_depeche-mode-just-...

 ça vous dit forcément quelque chose, si si la musique qui a illustré la pub Gap, c’est eux… Le look était à peaufiner, mais …. Surtout, le groupe subit des remaniements, Vince s’en va, Alan Wilder les rejoint, il quittera le groupe en 1995.

Le groupe s’établit, autour de Dave , chanteur charismatique, bête de scène, et de Martin, chanteur aussi, mais surtout compositeur et auteur… Ils sortent sur leur quatrième album, une tuerie, le single people are people.

http://www.dailymotion.com/video/x2wr8_depeche-mode-peopl...

 s’ensuivent des albums brillants Black celebration en 1986, de Music for the masses en 1987 et toujours plus de succès.

http://www.dailymotion.com/video/x436g_depeche-mode-shake...

Peu à peu, la tête lui tournant , Dave se met à goûter à tout, alcool, drogue , sexe, …tout est permis. Il ira jusqu’à faire une overdose un soir de concert. Désintox, il nous revient clean

http://www.dailymotion.com/video/xd27i_depeche-mode-clean... sur l’excellent album violator, ( enjoy the silence, blue dress, personnal jesus….).Enfin presque, …..

Trois ans plus tard, Depeche Mode enregistre Songs of Faith and Devotion qui entre directement numéro un des ventes. Et une tournée chaotique mais incroyable. La renaissance sera avec  Ultra…. Un album sombre,

http://www.dailymotion.com/video/x269nz_depeche-mode-its-...

 avec une de mes chansons préférées, It’s no good ,.
Cette chanson là, je n’y peux rien, elle me fait un effet terrible, et c’est probablement celle qui m’a définitivement fait basculer.,

 mais aussi Barrel of a gun puis une collection des singles de 1986 à 1998 qui fera l’objet d’une tournée. Ensuite sortie de l’album Exciter, et forcément Exciter Tour, première occas’ pour moi d’aller les voir en vrai. Dave est incroyable, il émane de ce mec quelque chose de puissant d’animal, certaines diraient qu’il ” pue le cul”, moi je résumerai: il est overfuckable! Déhanchés, voix mâle et rauque, énergie, je vis mon permier orgasme en concert …. Oui la musique est sexuelle, Dave le prouve là devant moi, et si les mots sont triviaux http://www.dailymotion.com/video/x3ysts_depeche-mode-enjo..., on peut sans peine sentir l’amour http://www.dailymotion.com/video/x214cq_depeche-mode-i-fe....

Depuis, dès qu’ils sont en concert prés de chez moi, je ne les loupe plus, j’étais évidemment aux concert de la tournée suivante, Playing the angel .

http://www.dailymotion.com/video/x41y2d_depeche-mode-when...

Alors qu’est ce qui m’attire chez lui? Il est tatoué de partout, il a fait des choses pas très recommandables, mais au delà de tout ça, ce qui émane de lui, c’est une transcendation de ses blessures avec la musique, une énergie démente, des vibrations sexuelles de folie. Et puis sa voix…. grave, rauque, étonnante.

En bref, et pour résumer, je l’aime…..

Et vous ?

16:22 Écrit par sand dans Musique | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : musique, depeche mode, dave gahan |  Facebook |

mes albums coup de coeur

Pour diverses raisons, mais surtout et avant tout, parce que c'est de la bonne zik...

baBashung, "Fantaisie Militaire":parce que moi aussi " la nuit je mens", que je " malaxe" le coeur de l'automate. Ce type est plein de poésie, de gravité, et il a une voix qui me bouleverse.

violatorDepeche Mode, "Violator": parce que c'est tout simplement un album parfait. De la balade electroromantique "enjoy the silence", à l'incitant " personnal jesus", au troublant "clean", rien n'est à jeter.

pinkPink Foyd," Pulse": c'est Pink Floyd, c'est transcendant, c'est indémodable, c'est grand...j'aime.

dahoEtienne Daho, "Le brasier": c'est juste l'album parfait à écouter en vacances, une histoire d'amour, de renaissance, de vie, de sexe, de mort... Quand le soleil darde ses rayons derrière le store, que l'on peut s'offrir le luxe de paresser...

aridJasper Steverlinckx, "Songs of innocence": un belge, talentueux,chanteur d'Arid, qui fait des reprises de chansons archi connues à sa sauce( dont le "life on mars" de Bowie), avec sensualité et douceur.

tellersThe tellers, " hands full of ink": des p'tits jeunes, des mélodies sautillantes, fraiches, acidulées pop rock, et des textes plus graves et profonds. Un peu comme ces bonbons dont on aime la douceur extérieure , puis vlan ! Un coeur qui explose, des sensations renouvellées...

15:51 Écrit par sand dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : musique, album |  Facebook |