25/08/2008

Maman, dis.....Pourquoi?

Ou Pourquoi il ne faut jamais, sous aucun prétexte répondre aux pourquoi d’un enfant.

Si vous avez l’intention prochaine de vous reproduire, si c’est déjà fait, mais qu’il ne blablate pas encore, il n’est pas  trop tard pour une mise en garde.

Si vous êtes déjà passés par là, vous allez vous replonger dans de délectables souvenirs. Ne me remerciez pas…

L’enfant, cet être évolutif, traverse toute une série de phases, plus ou moins piégeuses, et au milieu de celles ci, ( comme la célébrissime phase du ” non”, pourvoyeuse d’excellents moments de solitude en plein milieu de grands magasins hostiles), la délicate phase des ” pourquoi”.

Un beau jour, votre précieux marmot, non content d’éprouver sur vous des borborygmes plus ou moins articulés et compréhensibles, de ces idiomes que même une formation de linguiste chevronné ne parvient à déchiffrer, comprend le pouvoir du ” pourquoi”.

Et là, c’est le drame, car celui qui jusqu’ici était un adorable bambin, se transforme petit à petit en tyran bouffeur de cervelles et d’intelligence.

On sous estime la capacité de torture de ces êtres de trois pommes, surtout que la plupart du temps, vous les aidez grandement en vous embourbant joyeusement tout seuls.

Un exemple : Facile!

Votre petit choupinet regarde attentivement les vaches, puis soudain, vous voyez son visage s’illuminer, ses yeux briller, ses lèvres s’entrouvrir et former les mots:

” Maman, dis pourquoi les vaches elles mangent de l’herbe”.

Très calme, vous rétorquez:

 ” Parce qu’elles ont faim”

” pourquoi elles ont faim?”

“parce que elles ont faim, alors elles broutent”

( en introduisant un nouveau mot, vous pensiez en être quitte pour un bon quart d’heure de réflexion…. Las!)

“pourquoi elles broutent?”

” parce que les vaches, elles mangent pas comme nous, elles ont des besoins différents. Puis l’herbe, c’est pour ruminer”

 ( deuxième tentative de mot inconnu, vous n’avez pas encore retenu la leçon, ou vous êtes vraiment ingénue…)

“pourquoi elles ruminent”

“parce que les vaches, elles doivent macher l’herbe dans leur bouche avant que ça n’aille dans leur estomac”

Et là, l’homme assis près de vous qui jusque là,avait échappé à toute intrusion dans cette conversation , ne peut pas s’empecher de placer:

“Oui, mais ho, c’est pas si simple, en fait les vaches, elles n’ont pas qu’un estomac, “

et de se lancer dans une explication détaillée de l’appareil digestif de la vache ainsi que de ses mécanismes.

Alors, résumons, vous venez d’apprendre des choses que vous n’aviez pas vraiment envie de savoir, vous n’avez plus très faim d’un coup…. et là, ce sublime dernier pourquoi vous achève:

” pourquoi les vaches elles font caca? “

Vous êtes tenaillée entre le désir de répondre simplement parce que! et de clôre ainsi la discussion, mais savez pertinnement que le gnome avaleur de neurones ne se contentera pas de ça…..

Alors, courageusement, vous embrayez…. jusqu’à l’heure de la sieste.

Ou bien, vous testez ma méthode, qui certes n’est pas parfaite, mais bon, au point où vous en êtes:

Répondre à coté. Simple, mais efficace.

Et comme vous êtes vraiment gentils, je vous donne ma phrase fétiche;

” dans le seau, il trempe!”.

Ca ne veut rien dire, et justement c’est ça qui est beau. Attention, il est impératif de toujours employer la même phrase, sinon, ça tue son effet.

A vous maintenant, d’être créatifs et d’inventer votre propre phrase bouclier.

Bon courage !

11:15 Écrit par sand dans me, myself and i | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : au secours, gosses |  Facebook |