19/10/2008

Once upon a time, I was falling in love

Maintenant que j’ai cinq minutes devant moi, et que j’arrive à inspirer un peu d’air frais de temps en temps, je peux bien vous le dire. Ma vie est toute chamboulée, perturbée. J’ai tout envoyé valser cul par dessus tête pour ses beaux yeux bruns. Il me fait vivre un conte de fée, il me fait ressentir des trucs encore inconnus, j’ai le coeur qui bat à mille à l’heure.

Je suis vivante, plus que jamais.

Il a transformé ma vie.

Harry, Ha-rry…. Je me délecte de ces deux syllabes, je les fais rouler dans ma bouche, je les murmure, parfois même je les crie.

Comment vous le décrire justement?

Il a ensoleillé mes journées, il est mon tout, mon roi… Les papillons en l’air et les fourmis par terre prennent un malin plaisir à nous observer batifoler dans les prés. J’aime sentir son coeur battre sous ses poils, puis lui grimper dessus sauvagement, ….

Je vous le présente, en vrai?

Sûres?

Bon, ben voilà

http://harrycouchetoila.wordpress.com/

13/10/2008

REprise oui ou crotte

Enfin ce n'est pas vraiment une reprise, mais la polémique du jour...

Donc est ce que ça : entre parenthèses, c'est pas bien de bouffer macrobiotique, t'as vu ds quel état ça met ?

a été honteusement pompé sur ça ?

 

alors z'en pensent quoi les gens ?

21:28 Écrit par sand dans n'importe quoi | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : alizee vs coldplay |  Facebook |

12/10/2008

Vous avez demandé, je m'exécute

Et manifestement, comme vous êtes plusieurs à me le demander;

Des trucs pour bien bander

Je m'exécute, voilà voilà

"Il existe plusieurs méthodes pour ce faire, et mieux vaut se faire montrer et aider la première fois sous peine de perdre un oeil et / ou un arc.

1) celle du "step-through" particulièrement adapté aux recurves : passer l'arc entre ses jambes par derrière, la poupée inférieure en bas reposant son dos contre la cheville droite. Faire plier la branche supérieure en la prenant par la main gauche en la rabattant devant, la poignée prenant grosso-modo appui derrière la cuisse gauche ou sur la fesse gauche. Amener la boucle de la corde dans la coche supérieure avec la main droite. C'est la photo ci-dessous.

2) celle du bandoir ou fausse corde ("stringer"). Voir l'article
http://webarcherie.com/forum/index.php?showtopic=3473... . C'est la méthode la plus sûre pour l'archer comme pour l'arc, mais inutilisable pour les arcs recurve trop reflexes. Pour ceux ci, on doit utiliser soit la méthode 1, soit la méthode 3 :

3) Les tepliks, réservés aux arcs composites asiatiques extrèmement réflexes. Voir l'article
http://webarcherie.com/forum/index.php?showtopic=2746...

4) La méthode anglaise pour les arcs droits : appuyer le dos de la coche inférieure contre l'intérieur du pied droit, saisir l'arc par la poignée avec la main droite et faire plier l'arc vers la droite tandis que la main gauche simultanément retient la branche supérieure et glisse la boucle de la corde dans la coche.

5) Autres méthodes : les coréens le font agenouillés tous seuls, les chinois accroupis et à deux, d'aucuns le font debout sur un pied tandis que l'autre pied pousse sur la poignée,

6) d'autres utilisent un support dans le mur: la poupée haute est appuyée sur le mur au dessus du niveau des yeux , l'archers relève alors la poupée basse tout en maintenant fixe la zone de la poignée (yumi)... en bref, tous les goûts sont dans la nature... "

tiré du site http://webarcherie.com

So sexy les cuissardes

Non, non non....

Je  viens de regarder les mots clés, et là, qu'est ce que je découvre?

Quelqu'un cherche:

Des photos de femmes en cuissardes dans la boue

quand même quoi, tu voulais du sexe, du sulfureux, du trash, tu vas pas être déçu ;

Ca c'est de la cuissarde à haut potentiel érotique ou je ne m'y connais pas !

Et ces cheveux, grrrrrr!

et de la boue, en v'la:

Mission accomplie

images

21:51 Écrit par sand dans n'importe quoi | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : obsedes va |  Facebook |

11/10/2008

La télé nous aura, c'est sûr

Le premier qui me parle encore de pouvoir d’achat, de crack, des marchés boursiers, etc. Il se prend une claque. Sévère la claque, hein. Parce que bon, j’ai beau être plutôt gentille tout ça, mais faudrait voir à ne pas trop nous ( me ) gonfler.

J’en peux plus.

Allumer la télé devient un acte de courage et d’héroisme inoui. Quoi? Vous me croyez pas? Mais si. Replacez vous en situation deux secondes.

Vous êtes là, zappette à la main. Votre journée n’a pas été trop mauvaise. Au boulot, rien de spécial à signaler.Bref, une journée comme tant d’autres. Vous vous appretez à vous relaxer un peu devant la petite lucarne.

Et là, le danger, tapi derrière le sourire peu amène du journaliste, d’un coup surgit. Prenant une mine déconfite, il annonce le prochain sujet. Qui sera invariablement le même, en boucle, d’une chaine à l’autre, le pouvoir d’achat. On vous le démonte le sujet, à coups d’analyse sociologiques plus ou moins pertinentes, de gros plan larmoyants sur des familles désoeuvrées dans un magasin hard discount, de discussions type ” café du commerce”: ” mais tout augmente mon bon monsieur”.

Au premier sujet, vous vous dites: ben oui, c’est un peu vrai. Et puis à force, vous en faites une indigestion. Même si vous avez un salaire plutôt décent, vous commencez à culpabiliser, à vous demander pourquoi vous, vous n’êtes pas dans la mouise.

Parce que vous continuez à acheter des trucs qui vous font plaisir, parce que vous ne cherchez pas fébrilement les dernières piecettes qu’il vous semblait avoir dans vos poches pour payer votre baguette, parce que vous ne vous brossez pas les dents au jus de citron, ou que vous ne récuperez pas l’eau de vaisselle pour arroser les légumes que vous cultivez vous même ( bah oui, c’est moins cher) ou que vous ne vous levez pas à l’aube pour aller chercher les patates que les machines ont laissées dans les champs.

Vous êtes pris d’un doute. Soit le monde vire dans une paranoia démente, soit vous planez sur un nuage d’inconséquence. Vous vérifiez à la banque. Vos comptes ne sont pas dans le rouge. Vous ne faites pas de folie. Vous avez une vie normale. Vous avez des crédits, que vous remboursez. Sans difficultés.

Et pourtant… tout concourt à vous dire que vous êtes en fait assis sur un gouffre, qui ne demande qu’à vous engloutir.

Vous commencez à pleurer , juste un peu là, de temps en temps. Puis vos coups de cafards deviennent récurrents. Vous commencez à collectionner les coupons de réductions. Vous ressortez votre vieille tente de camping de vos quinze ans ( on ne sait jamais si on perdait la maison), vous rapinez sur le sucre, sur le pain, sur le beurre.

Puis un jour, c’est le craquage. Vous allez consulter. Le médecin vous prescrit Prozac et repos, et vous ponctionne de 30 euros au passage. Mais ça ne va pas mieux.Vous consultez un psy. Séances hebdomadaires, traitement de choc, pour vous et votre carte bleue. Vous êtes anéantis. Vous allez en maison de convalescence. Ca bouffe vos économies. Vous êtes foutus.

Moralité: éteignez moi ce fichu téléviseur, là, tout de suite.

Moralité ( bis): si vous  êtes encore jeune, devenez médecin, parce que je sais pas pourquoi, mais je vous prédis du boulot pour les années à venir.

15:38 Écrit par sand dans n'importe quoi | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : la tele m a tuer |  Facebook |

08/10/2008

devil inside

Qu'est ce qui peut gâcher des vacances, quand le soleil brille, que la route est dégagée, que vous êtes souriants, détendus, ouverts à toute la beauté des sites qui déroulent leur magie devant vos yeux? Un infime détail. Une toute petite chose.

D'environ 10 cm de long. Non, ce n'est pas ce que vous pensez, lecteurs dévergondés. Mais bien cet engin du diable, ce suppôt électronique de satan, communément appelé GPS, pour Global position system. Ouais, c'est ça...

Ce serait pas plutôt :Galère Pauvre et Stupide automobiliste?

Au début tout va bien, dans le meilleur des mondes. Vous l'avez acheté, sur les conseils de vos amis, et d'un vendeur au sourire carnassier. Toute innocence, vous ne vous étiez pas méfiés de l'éclat de son regard quand vous lui avez demandé si c'était simple à utiliser.

" Bien entendu, confort d'utilisation absolu".

Pour vous, ça signifiait la fin de la galère sur les routes de campagne, du café renversé sur la carte routière, lampe torche entre les dents et prise de tête avec le conducteur. ( ou vice versa). Vous entrevoyiez de longues balades, dans l'immensité des routes possibles, sans jamais vous perdre.

Mais où vous croyiez vous? Vous pensiez avoir aquis le droit ( cher le droit, hein!) de retrouver toujours votre route. J'aime votre angélisme.

On déchante assez vite, en vrai. Déjà, ce qui vous semblait un merveilleux engin de guidage à voix d'éden, est en fait un monstre castrateur à voix horripilante, tellement que si vous pouviez vous lui lanceriez des pierres. Mais bon, vu le prix que la chose vous a coûté, vous vous retenez. ( même si c'est dur). Elle, sans aucun ménagements, vous intime de tourner immédiatement à gauche. Non, elle a pas dit s'il vous plait. La politesse, elle s'en tape. Perdu dans vos réflexions sur sa mauvaise éducation, vous avez loupé la route. Une voix stridente vous hurle: " faites demi tour, faites demi tour". Vous avez peur, d'autant qu'avec le semi remorque qui s'annonce, faire demi tour, ben ça va pas être pour tout de suite. Mais elle s'égosille encore. Vous tremblez.

Puis des fois, sans prévenir, un grand silence se fait. Ah, ça fait du bien, pensez vous...avant de vous inquiéter: qu'est ce qui se passe? Là, c'est le drame. Signal GPS interrompu. Plus d'activité électronique. Plus rien. Vous êtes... ben vous savez pas où vous êtes justement. Absorbés par les commandements de Frida Global position, vous avez roulé de manière aveugle, sans retenir aucun des points de repères qui normalement jalonnaient votre route. Avant elle, vous étiez attentifs, vous regardiez les panneaux, retenant les noms des villes traversées.

A la place, maintenant, un grand trou noir. Plus rien ne vous dit rien.

Vous roulez au hasard. Sans carte routière. Parce que oui, dans votre grande naiveté, vous l'avez jetée, votre vieille compagne froissée et tâchée, persuadés que vous étiez que vous n'en auriez plus besoin.

Vous avez déconné. Vous êtes perdus. Vous priez pour que ce foutu signal se rétablisse, alors vous roulez. Encore un peu plus loin. Pour voir si ça va pas mieux.Mais non.

Et ce qui devait au départ être une banale excursion, se transforme en parcours éreintant , moultes kilomètres de détours et cette exclamation:

Un GPS, moi? Plus jamais !

16:07 Écrit par sand dans n'importe quoi | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : vade retro gps |  Facebook |

25/09/2008

Je me dévoue pour la grande cause de la musique

 

Pourquoi est on passé à côté de ça? des fois je m'interroge sur le bon sens de la production musicale, où des chansons parfaites, paroles excellentissimes d'intelligence et clip à la réalisation lèchée, passent à la trappe... C'est trop dommage, vous êtes d'accord? Alors on va réparer ça...

Madame, c'est à vous:

 

 

Attention, ceci est un moment de pure connection avec les étoiles:

 

Admirez la prestance, la classe du smoking, on n'en fait plus des comme ça...

Vous avez aimé, hein?