04/10/2008

Au secours

Au secours sortez moi de là ( z’aurez noté la référence culturelle vachement littéraire), c’est ce que je me dis parfois au boulot. Ne nous méprenons pas, ce travail je l’adore, mais, parce qu’il y a un mais, auquel on pourrait ajouter une majuscule d’ailleurs, y a les clients…

Pas tous, heureusement. Certains sont même de vrais rayons de soleil, polis, charmants, pas difficile.

Ceux dont je veux vous parler sont d’une autre trempe, une espèce probablement hybride, celle des enquiquineurs de magasin. Vous ne les connaissez pas? Portrait robot:

Client A: Une femme, la cinquantaine clinquante, qui manifestement est tombée dans son flacon de Panel N° 5 ce matin. L’air contrarié, elle a l’air de -celle - à -qui-on -ne-la-fait-pas. Elle vous prévient tout de suite: il me faut du bon, c’est pour un connaisseur.( Comme si j’avais que des produits mauvais en rayon. ). La tentation est grande de lui répondre: ” vous savez, j’ai rien de bon “, mais curieusement, pour avoir déjà testé cette vanne une fois, il s’avère que ladite cliente n’a pas l’option sens de l’humour….

Client B: un homme, la soixantaine et la bedaine affirmée. Il tient à vous faire comprendre par son attitude conquérante que vous n’avez qu’à vous écraser. Manque de pot. J’aime pas ça. Mais pas ça du tout. Quand je lui explique gentiment, mais fermement, que non, on ne peut pas accepter un paiement par carte  pour une si petite somme, en raison des frais. Il me rétorque, méprisant. ” Z’êtes qui vous d’abord? Allez me chercher monsieur.”

Calmement, je réplique:” je suis la patronne, et vous?”

Mouché!

Client C: Une dame , jeune encore, qui cherche à offrir un cadeau. Je lui conseille un vin, et là, moment sublime, elle se tourne vers mon cher mari et collègue: ” Vous qui vous y connaissez, qu’en pensez vous”

Aaaaaargh! Je vais étouffer ma rage dans le bureau.

Client D:Dites, c’est pas pour dire, mais votre vin , il est périmé, il est marqué 2003 dessus “…. Sans commentaire.

Client E: ” je suis hyper pressé, pouvez pas aller plus vite? ” Non, et il y a déjà trois personnes devant vous. La file on la respecte, merci

Et puis, aussi, il y a tous ceux  avec qui je partage quelques mots, ceux qui ne se contentent pas d’être juste polis, mais sont contents que vous leur ayé accordé du temps, ce grand brun sexy qui vient chercher régulièrement ses petites affaires et au si beau sourire, les gosses avec leurs petits sous qui viennent s’acheter des bonbons et dont les sourires de gourmandises me font du bien….

C’est pas si mal, finalement.

Commentaires

A : "Et vous Madâââme, vous vous y connaissez un peu ?"
B : "je vous préviens de suite, Monsieur, lui, son truc, c'est plutôt l'eau plate"
C : Si les femmes sont aussi machos, alors là, c'est à ton mari de lui claquer le bec à la donzelle !
D : "Oui, mais ne le répétez à personne surtout, y'a pire encore!"
(demande lui une pièce d'identité à celui là, il faut le dénoncer)
E :"Oh ! ce n'est pas à vous que je vais apprendre qu'on ne choisit pas un bon vin n'importe comment."

Enfants : "Dis à ton papa que j'ai de trés bons vins ici pour boire avec les desserts"

Grand brun ET sexy : dis donc, ça compense largement les autres ! pense à lui quand les affreux se pointent ;o)

Sacrée Sandrine ! on viendrait bien volontiers te porter secours pour rire un bon coup tiens !

Écrit par : Pomme | 04/10/2008

ch'suis d'commerce c'est vrai que le commerce , ce n'est pas drôle tous les jours !!! Il y a vraiment des moments où j'ai envie de les envoyer pêter et d'être aussi chiante et désagréable qu'eux . Je dis souvent qu'il faudrait écrire un livre avec toutes ces anecdotes .

Écrit par : valérie | 04/10/2008

pomme: quelle répartie! engagée.... ;)
val: bonne idée, hé hé

Écrit par : sandrine | 05/10/2008

Les commentaires sont fermés.