27/09/2008

un bout de moi

J’aime me lever la première, me faire un café, noir, brûlant, sortir et le boire dehors, quand il fait doux. J’aime penser que je vais aller bosser avec l’homme. Je n’aime pas les cinq minutes qui suivent où je me rappelle qu’au boulot y a aussi ma belle mère.

J’aime glisser mon visage dans le cou de mon fils, quand il est tout chaud de sommeil. J’aime quand à demi éveillé, il me tend les bras pour me faire un câlin. Je n’aime pas  penser que bientôt tout ça ce sera des souvenirs, et qu’il ne voudra plus de ces instants là, alors je ferme les yeux.

J’aime marcher pieds nus dans l’herbe, sentir les brins  entre mes orteils, la fraicheur. Je n’aime pas quand il y a ces vicieuses de fourmis rouges, ou que le sol est trop froid.

J’aime le mois de Septembre, parce que c’est bientôt l’automne, le retour des pulls doudous, des bottes, des feuilles qui tombent, de leurs  couleurs flamboyantes. Je n’aime pas quand le soleil qu’on n’a pas vu de tout l’été, s’invite alors que j’étais si contente de porter bottes et collants. Je n’aime pas septembre parce que c’est le mois de mon anniversaire.

J’aime déguster un bon vin, qu’importe sa couleur, partager ce plaisir, avec l’homme, ou des amis. J’aime voir pétiller leurs yeux, s’animer les conversations, voir les verres qui se remplissent. Je n’aime pas être déçue par une bouteille bouchonnée, ou un vin qui manque de caractère.

J’aime vieillir. J’aime savoir par quoi je suis passée et que tout ça m’a rendue plus forte. Je n’aime pas l’idée que je vais mourir un jour. Pour quoi faire ?

J’aime essayer de faire un autre bébé. Je n’aime pas me rendre compte mois après mois qu’on n’y est pas encore. Mais j’aime réessayer.

J’aime aller chercher mon fils à l’école, à pied. J’aime qu’il soit dans une petite école de village, avec un jardin. Je n’aime pas l’idée que peut être cette école va fermer, faute d’élèves.

J’aime mon boulot, j’aime conseiller les gens, les aider à choisir. Je n’aime pas ceux qui me prennent de haut, parce que je suis une femme, et demandent à être servi par mon mari.

J’aime me balader dans les vignes. J’aime sentir la terre entre mes doigts. J’aime me promener dans les cuveries, dans les chais. J’aime savoir comment on fait les vins. J’aime rencontrer les gens qui sont derrière. J’aime rêver qu’un jour, moi aussi j’en ferai. Je n’aime pas chiffrer  ce rêve là.

J’aime chanter dans le tuyau d’aspirateur, j’aime improviser une danse avec le monstre, j’aime écouter Indochine en faisant la vaisselle. Je n’aime pas casser des assiettes parce que trop emportée par le rythme.

J’aime être mère. Je n’aime pas ma mère.

J’aime découvrir, lire, m’émouvoir. J’aime imaginer les gens qui se cachent derrière ces mots. Je n’aime pas arriver à la dernière page du livre, puis le fermer.

J’aime le début des histoires, je m’en délecte.

Je n’aime pas le mot : fin.

08:30 Écrit par sand dans me, myself and i | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gem gempa |  Facebook |

Commentaires

tout cela me touche. C'est bien dit

Écrit par : Eric | 28/09/2008

tu sais déjà ce que j'en pense... j'ai adoré...

Écrit par : Plume Vive | 29/09/2008

pour tout :
tout vient au moment qu'il faut
profite de ton fils et laisse la nature faire, le prochain arrivera quand tu ne t'y attendras plus
pour ce bébé, fais la paix avec toi et surtout au sujet de ta mère
un enfant fait ressortir tellement de choses ...

Écrit par : pommefraise | 29/09/2008

eric, plume: merci
pomme fraise: la paix est faite, le trait est tiré, ça viendra....

Écrit par : sandrine | 05/10/2008

PORTRAIT j'ai beaucoup aimé cet auto portrait...qui va forcément bien aidé pour te présenter demain sur mon blog... l'étoile a droit à son portrait !!!! bises

Écrit par : virginie B | 10/10/2008

Les commentaires sont fermés.