01/08/2008

grandir

C'est officiel, mon bébé, la chair de ma chair, mon amour absolu est désormais un être sexué. Fini cette espèce d'état de grâce du bébé, de l'adorable poupon .

Hier, il a eu ces mots: " Maman, tu sais moi je suis un garçon !"

 et moi de lui répondre mi intriguée mi amusée: " ah oui? Comment tu le sais? "

 lui, l'évidence même: " ben parce que j'ai un zizi, les filles elles ont des nénés! "

moi: " ah..........................................."

Donc maintenant, ce n'est plus mon bébé, cette chose douce, rose et fragile qui sentait bon le lait, mais un petit garçon, fier de montrer qu'il a des muscles comme son papa, impatient de se raser et de conduire une voiture. Un jour, il faudra que je m'y fasse, il voudra une mobylette, qu'il obtiendra au prix d'un job d'été comme vendeur de glaces, et toutes les fois où j'entendrai vrombir le moteur, mon coeur se serrera d'angoisse.

Et puis, viendra le temps des sorties entres potes, où je l'attendrai non pas dans le salon lumières éteintes pour ne pas passer pour une mère envahissante, mais dans ma chambre, où bien sûr je ne parviendrai pas à trouver le sommeil.

Un jour, il trouvera un ou une amoureuse, qui fera son bonheur ou ses malheurs. Et tout ce que je pourrai faire, c'est rien. Rien, je ne pourrai qu'attendre, qu'il fasse sa vie et ses expériences, lui offrir mon épaule en cas de coup dur, comme quand il apprendra à rouler à vélo, et qu'il tombera et s'écorchera le genou. Un peu de mercurochrome, un baiser et........rien !

Peut être aussi qu'un jour, à son tour , il aura des enfants, dans lesquels certainement je retrouverai un peu de lui petit, de ses mimiques, de ses petites manies, de son grand sourire franc, de ses yeux malicieux. Même si j'en aurai très envie, je ne lui dirai rien, je l'observerai prendre plaisir à les voir grandir, s'émanciper.

Grandir, c'est une suite de départs.

Qui aurait cru qu'en déposant sur mon ventre ce qui n'était qu'un amas de chair sanguinolent et frippé, je découvrirai l'impact intense de deux saphirs plongés dans mes yeux, un moment de pure communion et de coup de foudre, où j'ai su immédiatement que c'était lui, comme il a su que c'était moi. Neuf mois de tergiversations, de doutes, d'approches pour ce moment. Sa bouche cherchant mon sein, puis tetant vigoureusement, me faisant alors comprendre la toute puissance maternelle.

Puis ces heures claires de la nuit, où après qu'il aie bu, je chantonnais toutes les litanies de mon amour pour lui. Ces instants magiques, de paix et de sérénité, où lui et moi nous repaissions l'un de l'autre.

Puis ce fut l'heure du premier déchirement, l'abandon du sein, puis progressivement les premiers pas. Ce petit être déjà veut être si indépendant, si jeune....

Puis enfin, ces mots, hier, tombés là parce qu'il fallait qu'il soit prononcés, un jour...

Parce que le bébé que l'on met au monde est appelé un jour à devenir un homme et à partir, à quitter.

 

13:33 Écrit par sand dans me, myself and i | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : grandir, dechirement |  Facebook |

Commentaires

pfffoouuuhhhh.... ce que c'était beau et touchant !!
t'as l'air d'être une maman géniale ! ne change jamais

Écrit par : Thomas | 01/08/2008

thomas: merci, en fait j'ai chialé en l'écrivant, heureusement que c'était sur un ordi;)

Écrit par : sandrine | 01/08/2008

J'appréhende aussi ... ... tout cela pour mon p'tit loup et encore plus pour ma petite louloute. Mais décider d'être parent, c'est décider de se séparer d'une partie de soi-même, c'est décider que la séparation fera dorénavant partie de la vie, au quotidien, à chaque nouvel acte d'indépendance que fera notre enfant...

Écrit par : Petit cassis | 02/08/2008

T'as décidé de me faire pleurer à chacun de tes billets ?
Et pour l'info, maintenant grâce aux explications d'Ugo, je sais que je suis aussi un p'tit garçon !
Bises

Écrit par : Philou | 03/08/2008

petit cassis: ;)
philou: oui !!!!!

Écrit par : sandrine | 03/08/2008

Sandrine, Ca y est, comme Philou, je chiale. Sympa ton blog. Pire qu'émincer les oignons.

Écrit par : mark | 04/08/2008

mark: je réfléchis à une option kleenex:)

Écrit par : sandrine | 04/08/2008

Les commentaires sont fermés.